Comparatif des Coques, et Types de gréements

Discussions théoriques sur l'architecture navale

Modérateur : Modérateurs

Répondre
nidhalg
Bosco
Bosco
Messages : 50
Enregistré le : 04 janv. 2019 18:31
Loisirs : Voile, science, Sports nautiques, Natation, Escalade..

Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par nidhalg » 30 janv. 2019 18:01

Bonjours! Je cherches des comparatifs pour les coques à volume égal (la plus efficace, la plus stable, la plus solide, la plus simple..)
et pour les gréement à surface de voile égale (le plus efficace, le plus facile) ..

Avatar du membre
Gwengolo
Capitaine de Brûlot
Capitaine de Brûlot
Messages : 996
Enregistré le : 10 déc. 2010 20:59
Localisation : Baie de Lannion

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par Gwengolo » 30 janv. 2019 19:41

Ouh là ! Vaste question que tu poses là... Trop vaste pour moi... Il faudrait peut-être affiner...
Je passe mon tour sur ce coup là... :wink:
Modifié en dernier par Gwengolo le 01 févr. 2019 12:12, modifié 1 fois.
Marin de marée basse.

Avatar du membre
alien
Contre-Amiral
Contre-Amiral
Messages : 3035
Enregistré le : 17 oct. 2005 16:36
Localisation : Bourgogne - Île aux Moines
Contact :

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par alien » 31 janv. 2019 22:27

Des comparatifs sérieux on ne trouve plus.

Jusqu'à l'an 2000 la revue bateaux publiait des essais avec des plans, des mesures et des analyses comparatives avec des bases scientifiques.

Cela coutait trop cher et les chantiers ne jouaient pas le jeux car les arguments du marketing n'avaient rien à voir avec la science.
Ces chantiers étaient aussi les principaux annonceurs donc ...

L'architecture navale est à la fois un art et une science d'ingénieur.

L’artiste dessine suivant son inspiration et les désirs de son client.
L'ingénieur calcule, vérifie et analyse et compare.
Et l'architecte recommence.

En dehors des séries industrielles il n'y a pas deux bateaux identiques.

Pour comparer des bateaux différents par les formes, par la taille, par le gréement, ...
On utilise des coefficients sans dimension.

Exemple : longueur divisée par largeur noté souvent L/B
(encore faut-il savoir comment on mesure L et B . A la flottaison, hors tout, ?
Cela n'a guère de signification. Cela permet de savoir si le bateau est plus ou moins large par rapport à des bateaux de taille comparable.

Pour savoir si un bateau est lourd ou léger on va utiliser L/ racine cubique de D .
(L = longueur de flottaison en mètres, D = déplacement en mètres cubes)

Pour évaluer la surface de voile par rapport au déplacement on va utiliser D puissance 2/3 / SA .
( SA = surface de voile)

A faible vitesse (vent faible) la résistance de frottement est prédominante.
Elle est proportionnelle au carré de la vitesse multiplié par la surface mouillée.
On va utiliser SA / WA .
( SA = surface de voile, WA = surface mouillée)

Et ainsi de suite .

Ces données sont difficile à recueillir car chaque architecte, chaque constructeur, rechigne à les communiquer.
C'est souvent le travail d'une vie pour un architecte.
Pour un chantier il y a le risque de dévoiler des faiblesses.

En fouinant sur le net tu trouveras quelques sites où des gens ont essayer de collationner le maximum de données, très souvent partielles.

Un autre type de données importantes pour les voiliers : les polaires.
Ce sont des courbes qui représentent la vitesse d'un bateau en fonction de la direction et la vitesse du vent.
Il y en a de deux races :
- celles issues des logiciels de prédiction plus ou moins fiables qu'utilisent les concepteurs.
- celles issues de mesures effectuées par des propriétaires sur leur bateau.
On en trouve beaucoup sur le net.

On est loin de la question initiale !
Mais les bateaux c'est simple mais aussi très compliqué.

Si en plus on parle des normes européennes c'est encore pire.

Il vaut mieux conserver son innocence et ne pas vouloir tout comprendre :smt005
des solutions simples pour se compliquer la vie

Avatar du membre
fregate33
Corvettard
Corvettard
Messages : 438
Enregistré le : 18 déc. 2016 08:19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par fregate33 » 01 févr. 2019 07:22

Comme ce sont des questions que je me suis posé moi même récemment, je me permettrais de répondre malgré mes maigres connaissances. Ce sera donc la réponse d'un presque encore débutant, à un débutant.

Quand j'ai construit mon petit bateau il y a deux ans, la question du choix du type de voile me taraudait pas mal. En réalité, je cherchais à me rassurer sur la viabilité de mon choix.
Je suis tombé sur deux études qui valent ce qu'elles valent, une américaine et l'autre française (parue dans Voile et voiliers si je ne m'abuse).
La française consistait à faire naviguer en régate entre trois bouées un certain nombre d'Optimist (coques et appendices identiques, donc) gréés de différentes manières et de comparer les chronos. L'étude américaine s'est faite avec des catamarans, nettement plus gros comme tout ce que font les américains. Je ne sais plus quelles sont les proportions des écarts de chronos entre les divers grééments, mais en gros, de mémoire, dans les deux cas ça donnait à peu près ça :

1ère place : voile à pince de crabe
2 : voile à livarde
3 : voile marconi
4 : voile à corne
5 : voile au tiers
6 : voile latine
7 : voile carrée

Ensuite, si on prend les performances selon les allures, bien sûr ça change :
-au près, avantage à la voile marconi, à moins que même là la voile à pince de crabe ne la domine, je ne sais plus.
vient ensuite la voile à livarde suivie de la voile à corne puis la voile au tiers. La voile carrée arrive bonne dernière
-au portant, la voile carrée l'emporte sans surprise et de loin, la voile marconi arrivant là bien désavantagée par rapport à toutes les autres.

Résultats à prendre avec des pincettes. L'expérience Optimist a été menée avec des barreurs inexpérimentés avec leur nouvelle voile, ce qui est à mon avis une erreur mais permettait probablement de gagner du temps pour sortir l'article. Des gamins qui connaissaient bien leur Opti gréé à livarde, qui ont découvert des voiles aussi étonnantes pour eux que la voile latine ou carrée. Je gage que le résultat aurait été à nuancer si ils avaient eu auparavant le temps de se familiariser avec leur nouvelle voile.
La question des proportions et des formes données à ces voiles peu habituelles peut aussi faire varier les résultats, il faut souhaiter que la voilerie qui a les a fournies, savait faire autre chose que des voiles modernes.

Il y a aussi et pas des moindres, les aspects pratiques. Là encore, ça change. Avec ce seul critère, il est probable que la voile au tiers arrive première. Le comportement dans une rafale soudaine, serait un cas de figure dans lequel la voile latine serait adaptée, etc. L'association avec un foc réserverait peut être aussi des surprises...

Une des conclusion de l'article est que les règlements de courses et les arguments de sécurité et de commodité en utilisation (moyennant une technologie qui est un argument de vente) ont largement favorisé la voile marconi, mais que les gréements plus traditionnels peuvent dans bien des cas leur faire la pige.
Je ne me souvien plus trop de ce que dit l'article américain, mais en gros il va dans le même sens. La voile à pince de crabe et en second la voile à livarde, semblent toujours mentionnées en tête.
Si vraiment cela intéresse je peux retrouver les liens.

Je m'arrête là, j'ai déjà laaargement dépassé mon domaine de compétence.

Fred

Avatar du membre
alien
Contre-Amiral
Contre-Amiral
Messages : 3035
Enregistré le : 17 oct. 2005 16:36
Localisation : Bourgogne - Île aux Moines
Contact :

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par alien » 01 févr. 2019 21:55

Une approche scientifique du problème :
marchaj.jpg
En effet on voit que la voile aurique n'est pas le plus mauvais choix si on ne recherche pas les performances au près serré.

Les voiliers "modernes" ont bien compris le truc et on ne voit guère de voiles triangulaires sur les engins de performance.

L'histoire du crabclaw est un peu compliquée.
Cela remonte aux origines du deltaplane.
Un chercheur de la NASA (alias NACA) a publié des résultats d'essais en soufflerie stupéfiants.
Hélas il y avait une erreur dans la position de la virgule.
En dépit des correctifs et démenti la légende s'est établie.
Le crabclaw serait le plus performant des gréements !

NB : le graphique est extrait du livre "Sailing theorie and practice" de CA MARCHAJ.
Il reflète le résultat d’essais en soufflerie à l'université de Southampton qui est un des hauts lieux en matière d'architecture navale.
des solutions simples pour se compliquer la vie

Avatar du membre
jfrancois
Corvettard
Corvettard
Messages : 477
Enregistré le : 30 juin 2006 10:50
Loisirs : bois dans tous ses états
surtout s'il est rond ou qu'il flotte
Localisation : manosque

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par jfrancois » 03 févr. 2019 16:51

j'ai en pdf un comparatif des différents gréements établis sur des optimistes
on ne peut mettre de pdf ici mais j'ai fait une capture des résultats.
c'est pas banal
JF
Fichiers joints
vitesses comparées des différents gréements.jpg
quand je réalise une belle manœuvre c'est que j'ai foiré quelque part.

un vieux rocher est toujours plus solide qu'un bateau neuf .

Avatar du membre
fregate33
Corvettard
Corvettard
Messages : 438
Enregistré le : 18 déc. 2016 08:19
Localisation : Bassin d'Arcachon

Re: Comparatif des Coques, et Types de gréements

Message non lu par fregate33 » 09 mars 2019 06:38

http://www.voiles-alternatives.com/docu ... timist.pdf

Ca vaut le coup de le lire, (ou le relire) même si je continue de penser qu'il faut le prendre avec circonspection.

Question bête : n'aurait-il pas fallu, dans le cas des voiles à livarde, aurique et au tiers, partir de voiles ayant la même géométrie, voire même trois voiles identiques, pour voir les différences de performances selon l'utilisation des espars, puisque c'est par cela qu'on différencie ces gréements? Mais c'est vrai que pour conserver l'équilibre de la voile au tiers il aurait fallu prévoir un pied de mât plus arrière.

Répondre