TG : ami ou ennemi ?

Discussions sur l'utilisation de l'epoxy dans la construction amateur.

Modérateurs : admin, Modérateurs

Répondre

0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 0

zygomar
Subrécargue
Subrécargue
Messages : 213
Enregistré le : 02 avr. 2007 10:47
Localisation : Annecy
Contact :

TG : ami ou ennemi ?

Message non lu par zygomar » 06 janv. 2010 22:56

En potassant sur le mécanisme de réticulation de la résine epoxy, j'ai compris comment on applique ça au durcissement des collages d'un bateau,, et surtout comment éviter un désastre.

Le TG (Glass Transition Temperature, ou Température de Transition Vitreuse) est la température à laquelle l'epoxy fond, perd sa structure qui la rend... structurelle et fait lâcher le collage s'il n'est pas tenu par autre chose. Le TG est habituellement 30° au dessus de la température de réticulation ou de la dernière température de cuisson (peu importe le délai).

Donc atteindre brursquement le TG c'est pratique pour nettoyer les outils mais sinon c'est gros dégats. Inversement, exploiter correctement le TG permet de considérablement sécuriser les collages et strates.

Voici comment je vois la chose sur le pan pratique :

- collages à 15-22° dans un garage : le TG est à 45-52° : ça veut dire que si on chauffe brusquement un bateau à 60° les joints congés se ramollissent et les tensions commencent les dégats. Or 60° sur un parking en canicule ou au port en plein soleil sous le pont, on les atteint vite.
- donc par 20-25° on sort le bateau et on laisse la chaleur un peu monter. S'il fait 30-40° à l'intérieur on a repoussé le TG à 60-70°. On a donc cuit le collage epoxy et on augmente la marge.
- plus tard par temps franchement plus chaud on atteint 50-60° à l'intérieur : on recuit ainsi pour 80-90°. On est tranquille.

Il faut donc, lors des premières chaleur, éviter de passer d'un coup à 30° au dessus de la dernière température maximum atteinte.

Si on veut accélérer, on cuit avec des radians dans l'atelier, avec un thermomètre on vérifie que les étapes sont bien respectées.

Donc TG = ami si on a compris comment s'en servir.
Le Corsaire, c'est une tente canadienne 3 places qui flotte avec parfois un couteau entre les dents.

Avatar du membre
alien
Contre-Amiral
Contre-Amiral
Messages : 3039
Enregistré le : 17 oct. 2005 16:36
Localisation : Bourgogne - Île aux Moines
Contact :

Message non lu par alien » 07 janv. 2010 09:47

faut pas se prendre la tête avec la TG !
Vivons nous dans un monde où tout est mou dès qu'il y a un coup de soleil ?
des solutions simples pour se compliquer la vie

zygomar
Subrécargue
Subrécargue
Messages : 213
Enregistré le : 02 avr. 2007 10:47
Localisation : Annecy
Contact :

Message non lu par zygomar » 07 janv. 2010 11:24

C'est comme tu veux. Sur un pont peint en blanc au soleil c'est 50-70° assez rapidement et juste au bord des collages. En noir je n'ai pas mesuré.

Ce n''est pas trop une prise de tête et vu le prix de l'epoxy autant ne pas lui faire perdre ses qualités.

Moi ce que j'en dis...
Le Corsaire, c'est une tente canadienne 3 places qui flotte avec parfois un couteau entre les dents.

Avatar du membre
sly
Second
Second
Messages : 1776
Enregistré le : 30 avr. 2007 15:47
Localisation : Aix les bains / Saint Raphael
Contact :

Message non lu par sly » 07 janv. 2010 13:37

Bah, zygomar, faut pas t'inquiéter comme ça !

Ton histoire de décapeur t'as mis les pétoches on dirait, alors que c'est un cas tout à fait théorique. Dans la "nature", ta résine ne peut en aucun cas passer instantanément de 20 à 300°C (température du décapeur). Ton pont, blanc, ou noir, qui passerai en quelques seconde de 20-25°C à 50-70°C, ça n'existe pas :

Par exemple, c'est la nuit, il fait 20°C, puis le matin arrive... la température va monter progressivement jusqu'à 50-70 °C ou même 80, 90°C si tu veux, peu importe. Tu obtients simplement une post-cuisson naturelle.

Ainsi, pour la résine Surf clear que j'utilise, Le TG après polymérisation à 23°C atteint déjà 55°C. Sicomin préconise une post cuisson de 8 heures à 60 °C. La mise en température de l'air autour de la coque se fait en 30 minute, mais beaucoup plus à cœur, car ni le bois, ni la résine ne sont de bons conducteurs thermiques. Le TG monte alors à 84 °C. Pour une température de post cuisson de 80°C, la TG monte à 91°C...etc.

Donc, quoiqu'il arrive, Il n'existe pas de conditions "naturelles" qui engendreraient un ramollissement de tes collages... Sauf si le bateau est pris dans une coulée de lave...

A noter que la post cuisson améliore la résistance en traction et en flexion de 10 à 15 %.
Mmmh, tu vois, Tuco, le monde se divise en deux catégories : Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses... An-y-An-y-An...Ouin, Ouin, Ouin...

zygomar
Subrécargue
Subrécargue
Messages : 213
Enregistré le : 02 avr. 2007 10:47
Localisation : Annecy
Contact :

Message non lu par zygomar » 07 janv. 2010 13:53

OK je n'avais pas intégré le côté progressif de la vraie vie en pratique à balles réelles. Effectivement, il n'est pas prévu de me trouver sous feu nourri de décapeurs.

Donc la poste cuisson a bien lieu en été et dans de bonnes conditions.

Désolé pour l'alarme et si je ne suis pas le seul à en sortir moins c*n c'est bénef.

8)
Le Corsaire, c'est une tente canadienne 3 places qui flotte avec parfois un couteau entre les dents.

Avatar du membre
pilotedebord
Chef de bord
Chef de bord
Messages : 2758
Enregistré le : 25 nov. 2007 12:38
Localisation : loire-atlantique

Message non lu par pilotedebord » 07 janv. 2010 18:18

tu as eu au moins l'occasion de remettre le principe dans les mémoires.

On en parlait cet AM à la formation et je me disais qu'il fallait peut-être que je "cuise" mon tiknot pour le durcir un peu.

On verra ça au printemps, en l'emballant dans une bache noire, en plein soleil. puis la même chose à l'été.

Ça devrait repousser le TG et augmenter la résistance.

François
c'est en faisant qu'on devient faisou

Avatar du membre
sly
Second
Second
Messages : 1776
Enregistré le : 30 avr. 2007 15:47
Localisation : Aix les bains / Saint Raphael
Contact :

Message non lu par sly » 07 janv. 2010 18:25

zygomar a écrit :...Si je ne suis pas le seul à en sortir moins hon c'est bénef...
Bah oui, de toute façon, on est bien là pour ça !
Mmmh, tu vois, Tuco, le monde se divise en deux catégories : Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses... An-y-An-y-An...Ouin, Ouin, Ouin...

Avatar du membre
alien
Contre-Amiral
Contre-Amiral
Messages : 3039
Enregistré le : 17 oct. 2005 16:36
Localisation : Bourgogne - Île aux Moines
Contact :

Message non lu par alien » 07 janv. 2010 20:46

Les problèmes d'une aile d'avion ou d'un carénage de réacteur ne sont pas tout à fait les mêmes que les notres .

La TG de la plupart des résines polyester est encore plus basse que celle de la majorité des époxies .

Possédant quelques bien vieux bateaux en polyester (chut), ils ont quelques mollessses . Mais c'est dans les parties immergées . Et là je crains que ce ne soit l'hydrolyse !
des solutions simples pour se compliquer la vie

Répondre